Tea&Coffee  Graffitea

29 Route de la Reine 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT
01 46 08 25 81 | contact@tcprod.fr

News du 23/04/2012
Un début de saison qui décoiffe



En franchissant la ligne d'arrivée à 23h36, le Nacira 810 skippé par Aymeric Belloir s'offre une nouvelle victoire sur cette Select 650 2012 qui marque le début du Championnat de France Mini Classique Tour.
Ce sont de précieux points gagnés et une empreinte psychologique indéniable sur ses concurrents, après la belle double victoire sur la Transgascogne 2011. Le scénario proposé par Eole n'avait cependant rien d'engageant, et le parcours fut réduit en conséquence par les organisateurs.

Avec un vent de 25 noeuds et des rafales à 35 (plus de 60 km/h), tout un chacun a soigneusement choisi ses vêtements les plus étanches avant de partir affronter les embruns.
Le départ sera bien donné à l'heure dite pour la flotte des 55 minis, mais après quelques heures de course arrivent les premiers abandons.

On en dénombrera 35 à l'arrivée, ce qui traduit bien les conditions de course particulièrement éprouvantes.

En tête de bout en bout

Auteur d'un beau départ, c'est sous deux ris dans la grand voile, et solent arisé lui aussi (les surfaces des voiles peuvent être réduites selon la force du vent) que "Tout le Monde Chante contre le Cancer" prend la tête de la course, dès la sortie de la baie de la Baule.
Il ne la quittera plus jusqu'à l'arrivée. Un seul concurrent, Renaud Mary (Runo), tentera de jouer les trouble-fête, mais tenu à distance par un Aymeric combatif, il ne sera jamais réellement une menace.

Les premiers bords de près (allure qui fait aller les navires le plus près du vent, la plus inconfortable) seront particulièrement humides et la délivrance se fera douze heures après le départ, en franchissant la marque des Birvideaux, un phare planté sur un haut fond rocheux dans le nord ouest de Belle Ile.
S'ensuivent de belles glissades sous spi, de celles qui font oublier tous les bords de près et rappellent aux skippers pourquoi ils acceptent de les endurer. Yeu sera atteinte en moins d'une dizaine d'heures.

Le retour vers la baie de Quiberon est d'abord un épisode de trêve, car le vent tombe temporairement à 10 noeuds (moins de 20 km/h).
Cela sera de courte durée et rapidement le vent remonte dans les tours et arrivé vers le plateau du Four, à l'entrée Est de la baie de Quiberon, il faut à nouveau réduire les voiles.

Aller chercher la dernière de marque de parcours au vent (dans l'axe du vent), diaboliquement appelée "La Recherche", est une ultime empoignade avec les vagues et les rafales. S'ensuit une courte cavalcade sous gennaker, marqué de splendides surfs, jusqu'à la nuit tombée. Les derniers bords le long de la côte sauvage du Croisic se feront sous spi sous les étoiles, jusqu'à la ligne d'arrivée à l'entrée de la baie de La Baule.



"Quel plaisir de remporter une course pour commencer la saison, d'autant plus ici, à La Baule, dans la baie où j'ai tiré mes premiers bords en optimist. Et merci à mon nouveau partenaire technique Ursuit, qui m'a gardé au sec dans ces conditions bien humides... vive les cirés vraiment étanches. Et merci à tous les partenaires qui me permettent de mettre "Tout le Monde Chante contre le Cancer" une nouvelle fois sur la première marche du podium. Tout cela est de bonne augure pour la suite du championnat, à moi de tenir cette belle trajectoire maintenant."

Prochaine course début juin, à Douarnenez, le Trophée Marie Agnès Peron, conclu par Aymeric à la 3ème place en 2011.