Tea&Coffee  Graffitea

29 Route de la Reine 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT
01 46 08 25 81 | contact@tcprod.fr

News du 29/10/2013
L'appel de la houle...




L'appel de la houle...

A 9h19, ce mardi, Aymeric Belloir a enfin coupé la ligne de départ de la Mini-Transat.
Après plus de deux semaines d'attente forcée en raison des conditions météo qui rendaient la descente du golfe de Gascogne impraticable, la flotte des 84 bateaux s'est élancée ce matin, saisissant l'entrebâillement d'une fenêtre météo pour mettre le cap sur Lanzarote, terme de cette première étape longue de 1 260 milles (2 300 km). Malgré des conditions de mer difficiles après le passage de la copieuse dépression qui vient de balayer la pointe bretonne, le skipper de Tout le Monde Chante contre la cancer est parti pied au plancher, bien accroché dans le petit groupe de tête des bateaux de série. Au classement de 16 heures de cette première journée de course, il pointe en 3è position.

Arrivé dès potion minet sur les pontons de Douarnenez où plane dans l'air comme une ambiance de grand départ, l'état d'esprit d'Aymeric Belloir est à l'image du ciel de traîne qui se dévoile dans les premières lueurs de l'aube : contrasté. Il mêle solide détermination et pointe d'appréhension, comme le résume un "A l'attaque, mais un peu fébrile quand même..."


De modéré... à plus rock'n roll

"On ne part pas dans des conditions très faciles. Même le début de course n'est pas simple : il faut tout de suite être dessus, mais il y a encore beaucoup de mer. C'est encore le champs de bataille, la dernière dépression vient juste de s'évacuer. Rapidement, on aura des conditions plus modérées, avec l'arrivée d'une dorsale anticyclonique dans le golfe de Gascogne qui précède un nouveau front. A partir de vendredi, en approche du cap Finisterre, cela risque de ne plus être la même histoire, de devenir un peu plus chaud et rock'n roll…", ajoute le fidèle skipper du 810, qui vient d'enfiler sa combinaison sèche pour le début de cette première étape, annoncée complète et variée.


Prêt, serein, confiant...

Ce mardi matin, la mer résiduelle fait encore le gros dos augurant un début de course pour le moins remuant dans un vent moyen d'une vingtaine de noeuds. La flotte offre un départ superbe en baie de Douarnenez, sur des eaux vert émeraude prises d'assaut par ces navigateurs visiblement très pressés de goûter aux premières sensations à la barre de leur petit bolide océanique. A 09h19, le 810 s'élance dans le bon timing, en première ligne.

Confiant et serein, Aymeric sait qu'il peut compter sur son expérience du long cours en solitaire pour composer au mieux avec ces conditions qui demandent sans cesse trouver le bon compromis entre vitesse et sagesse, performance et prudence.

"Je me sens archi-prêt. J'ai pris le soin de tout revérifier à bord, j'ai retendu un peu le gréement, je me suis de nouveau assuré qu'il ne manquait rien… Je fais confiance à toute la préparation faite en amont pour cette course et ce départ. Je reste serein. Il faudra rester vigilant et bien saisir les bons moments pour recharger les accus dans la perpective du renforcement du vent," ajoute-t-il avant de rejoindre la zone de départ pour enfin honorer son rendez-vous, plusieurs différé, avec la grande houle du large.


Petite accalmie, court répit

Au classement de 16 heures, le 810 Tout le Monde Chante est bien installé dans le peloton de tête. Il pointe au coude à coude avec tous les solides favoris, qui n'ont visiblement pas fini de s'entraîner pour imprimer un rythme soutenu. Après avoir doublé le raz de Sein, il fait route directe vers le cap Finisterre dans un vent de nord-ouest d'une quinzaine de noeuds qui commence à mollir. Une belle course de vitesse est engagée aux avant-postes, à près de dix noeuds sous spi, afin de rejoindre au plus vite la sortie du golfe de Gascogne. Un golfe de saison, qui entre deux dépressions, ne connaît qu'une petite accalmie et ne laissera à la flotte des solitaires qu'un court répit. Mais ce mardi, elle fait bel et bien route vers les Canaries. La Mini-Transat, c'est parti !


La Mini-Transat en bref

Parcours /// Douarnenez, Lanzarote, Pointe-à-Pitre : 4021 milles, 7450 km

Plateau /// 84 concurrents représentants 14 nationalités répartis en deux catégories : séries (53 bateaux), prototypes (31 bateaux)

A noter que ce soir la flotte déplore deux abandons, un démâtage, et plusieurs retours au port. Plus d'infos sur : www.minitransat.fr

Pour suivre Aymeric Belloir sur la Mini Transat :
Cliquez ici

© Photo : François Van Melleghem / Mini Transat